faire son propre vignoble

Vous êtes un amateur de vin ? Et vous souhaitez créer vous-même votre propre vignoble dans votre jardin, pour ainsi produire vous-même du vin ? Cela est parfaitement possible si vous comptez uniquement en bénéficier pour une consommation familiale.

Cependant, cela requiert de vous conformer à certaines réglementations. Vous aurez en outre à sélectionner les cépages à planter. Enfin, une connaissance minimum des méthodes de plantation de la vigne est de mise.

Quelques règles à retenir pour avoir votre propre vignoble

Si vous désirez consacrer une partie de votre jardin à la viticulture, sans vendre votre production, vous pourrez le faire. Toutefois, vous aurez à suivre certaines démarches. En effet, avant même de penser à préparer votre terrain à accueillir le vignoble, certaines procédures seront à respecter.

Un vignoble ne s’improvise pas. Le sol doit avoir les caractéristiques nécessaires pour une plantation réussie. De la même manière qu’il faut retourner sa pelouse pour l’entretenir, vous aurez à procéder à plusieurs étapes avant de pouvoir faire fructifier votre petit vignoble.

Donc avant tout cela, vous devez notamment présenter les déclarations administratives de votre vignoble aux services de la douane. La surface de votre vigne ne doit pas être supérieure à 1 000 m². Les formalités ci-dessous seront à remplir :

  • Présentation et justification du projet ;
  • Obtention d’un numéro Siret ou Siren ;
  • Envoi des imprimés de déclaration d’intention de plantation à la DRDDI.

Vigne familiale : quel cépage choisir ?

Si vous voulez produire votre propre vin, il vous faudra tout naturellement opter pour des cépages à planter. Mais comment les sélectionner ? Le sujet est assez délicat, attendu qu’en fonction du terroir, les vins obtenus du Pinot, du Sauvignon, du Chardonnay, du Syrah ou du Gamay ne seront pas les mêmes.

Vigne familiale

Mais puisque vous devez de toutes les manières choisir un cépage, vous devez tenir compte de certains critères, comme la nature du sol, l’exposition de votre terrain, son altitude, mais aussi le climat auquel il est soumis. Pour pousser correctement, le cépage doit être planté dans un environnement adapté.

À titre d’exemple, vous ne planterez pas le Mourvèdre sur un terrain faiblement ensoleillé et frais. Ce cépage plutôt tardif met du temps à se développer, il est de ce fait inadapté à ce type d’environnement. Un cépage vulnérable à la sécheresse devra être cultivé sur un sol offrant une excellente gestion hydrique. Par ailleurs, si vous avez un sol peu profond et pauvre, préférez des variétés plus productives.

Bref, il s’avère indispensable de bien connaître les spécificités de votre sol. Dans tous les cas, il existe plusieurs sortes de cépages. Vous aurez le choix entre des cépages blancs et des cépages rouges. Parmi les cépages rouges, on peut entre autres citer le :

  • Merlot ;
  • Petit Verdot ;
  • Cabernet-Franc ;
  • Malbec ;
  • Pinot noir ;
  • Grenache ;
  • Cabernet-Sauvignon.

Quant aux cépages blancs, vous en avez également un grand nombre, dont :

  • Le Sémillon ;
  • Le Sauvignon ;
  • La Muscadelle ;
  • Le Chardonnay ;
  • L’Aligoté ;
  • La Roussette.

Quelques conseils pratiques pour réussir la culture de la vigne

Pour que la culture au sein de votre vignoble soit une réussite, votre terrain doit profiter d’un excellent ensoleillement. Ainsi, les plants pourront s’épanouir comme il faut. En même temps, cela garantira l’assèchement des feuilles, ce qui favorisera la prévention des maladies fongiques. Résultat : les fruits de votre vignoble seront de très bonne qualité.

Usuellement, la vigne peut pousser sur presque tous les types de sols. Néanmoins, le sol doit jouir d’un bon drainage. Il doit être peu riche afin de permettre au plant de produire des fruits. Aussi, vous devez proscrire les terrains argileux. Avec ces quelques recommandations, vous pourrez commencer la création de votre vignoble dans votre jardin sans trop de difficulté.