order augmentin kamagra without prescription buy plavix
 

Vin Terre Net

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Suivez_VTN_sur_twitter 
Envoyer Imprimer
Dégustation des vins de Morey Saint Denis
 
morey1
Village de Morey Saint Denis
 
Dégustation Epicuvin au Bistrot d'Ariane
 
Avec une centaine d’hectares « au compteur », l’AOC Morey Saint Denis est l’une des plus petites appellations communales de la côte de Nuit. Les vins de la commune ne sont pas très connus malgré leurs qualités, mais il est vrai que jadis on les vendait comme Gevrey-Chambertin ou Chambolle-Musigny. Le village dispose de quelques très bons premiers crus, tels « les Ruchots », « les Sorbés » ou « Les Monts Luisants », mais également de cinq grands crus :
  • Bonnes Mares : Dont seule une petite partie déborde sur la commune de Morey Saint Denis le long du Clos de Tart. La majeure partie du cru (90%) étant située sur la commune de Chambolle Musigny. Sa surface totale est d’environ 15 ha. Sols peu profonds, terre argilo-siliceuse et graveleuse.
  • Clos de Tart : Le plus célèbre des cinq grands crus, propriété monopole de la famille Mommessin et conduit par Sylvain Pitiot, auteur de nombreux ouvrages sur les vins de Bourgogne. Sa surface est de 7,53 ha. Terroir d’éboulis argilo-calcaire, qui recouvrent un sol peu profond.
  • Clos de la Roche : Le plus important en superficie (16,90 ha). Ce n’est pas réellement un clos car il est formé d’un remembrement de plusieurs lieux dits dont la partie Est des premiers crus « Monts Luisants », « les Genévrières », « Les Chaffots » situés sur le haut du village ou encore « les Monchands » sous le cœur du « clos »,  longeant la route des grands crus. Sols très peu profonds, posés sur la roche mère et composés de blocs de calcaire qui lui ont donné son nom.
  • Clos Saint Denis : Tout comme le Clos de la Roche, le Clos Saint Denis n’est pas réellement un clos mais un regroupement de plusieurs lieux dits dont « Maison Brulée » au Sud ou « les Chabiots » à l’Est. Sa superficie totale atteint 6,60 ha. Situé en bas de coteaux, le Saint Denis dispose d’un sol brun calcaire et dépourvu de cailloutis.
  • Clos des Lambrays : Dont le patronyme de « clos » est plus approprié au climat car il est effectivement entouré de murs. Le clos de Lambrays est composé de trois lieux dits : « Les Larrets ou Clos des Lambrays », le plus vaste qui jouxte le Clos de Tart au Sud, le « Meix rentier » qui est la parcelle visible depuis la départementale 122 et « Les bouchots » au Nord. Sa surface totale est de 8,8 ha et son terroir est marneux en haut du clos et argilo-calcaire en bas de pente. Le domaine éponyme n’en est pas l’unique propriétaire car 482 m² (dans « Meix Rentier ») échappe à son contrôle !
morey2

Les vins ont été dégustés dans l’ordre ci-dessous, étiquette découverte, en verre Spiegelau Expert. Temps anticyclonique et frais (mistral). Etat de dégustation moyen (fatigue).

Les « villages » :
 
Morey Saint Denis : DOMAINE ROBERT GIBOURG Clos de la Bidaube 2005
Robe cerise clair. Le nez s’ouvre sur de aromes de cerise, d’épices et de fruits rouges acidulés. L’attaque est vive, avec une acidité marquée. Petits tanins anguleux et saillants. La matière se marque de notes végétales et d’une légère amertume. Pas très longue, la finale est moins aromatique que le nez avec quelques notes grillées. Le vin fait preuve d’une certaine austérité. Il aurait peut être mérité un peu plus de maturité, surtout pour une vendange entière. 13/20
  
Morey Saint Denis : DOMAINE LEYMARIE 2003 
Robe rubis sombre, belle brillance. Nez sur la réserve, avec des fruits noirs  réglissés, des notes grillé-sucrées et de bonbon. En bouche l’attaque est ample et dévoile des tanins enrobés, gras et sirupeux qui augurent d’une matière généreuse. Mais l’ensemble, nettement dominé par l’alcool tend à déséquilibrer la finale qui « brule » le palais. Seules quelques notes de fruits à l’alcool persistent. 12,5/20
 

Les Premiers Crus :
  
Morey Saint Denis PC : DOM. MARCHAND & FRERES Millandes 2004 
Robe rubis, avec de légers reflets évolués. Un nez fondu, imprécis et qui parait encore dominé par l’élevage avec des notes torréfiées et vanillées. En bouche, l’attaque est franche et ample. La matière développe de tanins fins, soyeux et enveloppants. La finale est marquée par une forte acidité qui prolonge l’ensemble sur des parfums grillés. Bien, mais une trame aromatique plus noble le rendrai plus naturel. 14/20
 
Morey Saint Denis PC : DOMAINE DUJAC  2000
Robe grenat trouble, avec des reflets orangés. Le nez fait preuve d’une belle intensité avec des aromes de fruits mûrs, de violette, de fumé, de jus de viande et de léger cuir, on dirait presque une syrah ! Attaque nette et précise. Beau volume, dans une bouche qui présente des tanins enrobés et caressants. Finale tendue et acidulée, avec un retour aromatique sur des notes grillées. Un vin qui se livre dès aujourd’hui. 16/20
 
Morey Saint Denis PC : DOM. LIGNIER-MICHELOT Aux Charmes 1995 
Robe rubis, légère évolution et très belle brillance. Nez d’intensité moyenne, sur la réglisse Zan, le cuir frais, les fruits sucrés et les pétales de fleurs. La bouche présente encore une belle jeunesse mais manque un peu d’harmonie. L’attaque se développe sur des tanins amples et un brin rustique tandis que la finale se joue d’acidité et d’alcool par ses notes de fruits à l’eau de vie. L’ensemble reste très honorable seulement l’évolution le marque peut être plus que ce qu’il pourrait laisser croire. 15/20
 
 
Les Grands Crus :
 
Bonnes-Mares : DOMAINE PIERRE PONELLE 1993
Robe rubis avec un disque orangé. Belle brillance. Nez fouillu, brouillon avec une trame aromatique fondue, sans grande précision. Quelques notes de vieux bois et de terre humide percent timidement. Attaque souple et douce. La bouche révèle une petite note liégeuse (pas évidente) signe d’un hypothétique défaut de bouteille. Matière enrobée, fluide et légère, avec une évolution marquée. La finale tend à s’assécher. Le vin, court, manque de netteté et de précision. 12/20
 
Clos Saint Denis : DOMAINE ARLAUD 2006 
On change radicalement de registre. Le nez s’ouvre sur des notes animales, avec de la viande grillée, puis évolue sur le pétale de rose et les fruits rouges. L’attaque est ample et mur. La bouche présente beaucoup de volume et du gras. Les tanins sont denses, puissants et racés. L’ensemble et riche avec une sensation sucrée. La finale laisse place à un élevage plus imposant par ses notes grillées. Un vin qui bouscule ! 16/20
 
Clos des Lambrays : DOMAINE DES LAMBRAYS 2003 
Robe rubis violacée soutenue. Le nez s’ouvre sur des aromes de fruits à l’eau de vie, de rhum-raisin, de Zan, de vanillé, complétés par un léger fumé. L’attaque est franche et douce. Le vin déploie un superbe volume, avec des tanins denses, murs et gras. Belle acidité, qui soutient l’ensemble et donne un vin à l’équilibre généreux. Finale droite et riche, avec un léger boisé pain grillé. Grande longueur. Un 2003 assumé mais remarquablement abordé. 18/20
 
Rioja : RIOJA ALTA " Gran Reserva "  1985 – Espagne
Pirate : Servi à l’aveugle pendant la dégustation. Robe évoluée, reflets orangés et tuilés. Nez nettement sur le tertiaire, le tabac, la fumée de cigare, le champignon, le noyau de cerise et les fleurs séchées. Bouche souple, bien évoluée et très enrobée avec une matière fine. L’ensemble reste assez gras, avec une acidité basse et dénote un peu au milieu de la série (même si beaucoup se sont laissés « berner »). Le vin n’est pas déplaisant, mais semble vieillissant. 14,5/20
 
Clos de la Roche : DOMINIQUE LAURENT 1998
Robe très évoluée, orangé, complètement trouble, impénétrable. Nez poussiéreux, pas très agréable, sur la figue sèche et la boite à cigare. La bouche plus nette, présente des tanins fins, enrobés et soyeux. Le vin est doux mais parait déjà très fatigué. Belle acidité en finale, avec des notes de cendres froides et de fumée. Compte tenu de son statut le vin manque cruellement de tenue. Surprenant ! 14/20
 
morey3
 
Avant le repas, petite transition avec un vieux Morey Saint Denis village, Mise Nicolas 1976. Mais les deux bouteilles ne tiendront pas la route (une bouchonnée, l’autre oxydée).
Pas de classement, mais après un tour de table, les trois vins les plus appréciés sont :
Domaine des LAMBRAYS - Domaine DUJAC – Domaine ARLAUD

Au repas (travers de Porc au caramel) :
 
Morey Saint Denis: DOMINIQUE LAURENT " Tradition "  2003
Guère plus agréable que son « grand frère » le clos de la Roche, ce Dominique Laurent ne m’a pas plus emballé. Assez évolué par rapport à son jeune âge, le nez présente des aromes de réglisse et de fruits noirs sur-muris à la limite de l’acétique. Bouche franche, avec un tanin assez ferme. Très mûrs, sur les fruits à l’alcool et le Kirch. Finale artificielle et chaleureuse. 12,5/20
 
Morey Saint Denis PC : DOMAINE DES LAMBRAYS "Les Loups"  2002
Très beau vin, avec un nez pinotant, sur les fruits rouges, la cerise, le poivre et un fin grillé. Attaque vive, tendue, acidité haute et dominante. La matière est un peu en retrait, les tanins discrets sont dominés par la fraicheur. Encore très jeune, presque acidulé, le vin doit encore se fondre. Beau caractère dans l’ensemble. La douceur du plat rehausse peut être la sensation d’acidité du vin. 15/20

Conclusion : comment ne pas ressentir une certaine déception face à cette dégustation. Certes, nous avons navigué entre les différents niveaux de crus, les domaines et les millésimes, mais la dégustation des vins de Chambolle-Musigny, basée sur le même principe, s’était révélée d’un autre calibre (et avec un seul grand cru !). Difficile dans ce cas de vouloir décrire un profil type des vins de l’appellation. En fonction de ce que j’ai gouté, je dirai que les vins de Morey Saint Denis, qui ne présentent déjà plus toute la finesse et la féminité des vins de Chambolle, ne possèdent pas encore toute la race et la sève des grands Gevrey. Un village « transition » qui présente des vins aux expressions et aux caractères divers, sans réel fil conducteur entre les crus.
Concernant les vins, le domaine des Lambrays domine son sujet avec ses deux crus présentés, mais cela est il une véritable surprise compte tenu du statut actuel du domaine qui après un long passage à vide, a réussi à porter son cru majeur au sommet des vins de Bourgogne. Le Dujac tient la corde toujours dans son style caractéristique. Encore nettement dominé par l’élevage, il faudra être patient avant de boire le Clos Saint Denis du domaine Arlaud, même si je lui reconnais des aujourd’hui des qualités indéniables (ce qui ne fut pas le cas de tous les participants). Je dois dire que les vins de Dominique Laurent m’ont interrogé. Problème de bouteille ? De conservation ? Ou simplement un style imposé qui supporte mal le vieillissement… Pour finir, le pirate de la soirée (le Rioja Alta) a été le théâtre d’une petite scène coquasse. Servi à l’aveugle par l’un des participants, il a été présenté comme « collant au thème ». Il a donc fait l’objet de toute sorte d’hypothèse sur son origine Bourguignonne et sur son millésime. J’ai pour ma part, tout d’abord exprimé un certain scepticisme, avant de suivre avec une grande incertitude, le flot de la « bonne logique » imposé par les autres (j’ai fini par le placer au sud de la côte de Beaune, après avoir proposé un vieux millésime d’une région sudiste). Et bingo ! Le vin était bien loin d’être un Bourgogne car nous avions simplement affaire un vin d’Espagne… Cela a encore démontré à quel point nous sommes facilement influençables en dégustation à l’aveugle. Sachons toujours faire preuve de la plus grande humilité dans cet exercice.
 
morey4
 
Pour aller plus loin:
 

Le 02/10/2014 à 18h28
Copyright © 2014 Vin Terre Net. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.